Nos colloques et journées d’études

La prochaine assemblée générale de l'ATRHE aura lieu le samedi 25 novembre 2017
au Collège néerlandais de la Cité internationale de Paris, 61 Bd Jourdan, 75014 Paris.
(plan d’accès en bas de page sur ce lien : http://www.ciup.fr/college-neerlandais/)

Elle sera précédée d'une matinée d'étude intitulée :

« Le plan Langevin-Wallon : usages, réception, actualité, inactualité »

Pierre KAHN (CIRNEF, Université de Caen), Laurent GUTIERREZ (CREF, UPON) : Le plan Langevin Wallon en son temps 

 Isabelle CLAVEL (CEMMC, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3): Les partis politiques de la 4e République et la réception du plan Langevin-Wallon.

 Quentin PORTRON (CIRNEF, Université de Caen) : Postérité du plan Langevin Wallon dans les projets de réforme ultérieurs : l’exemple du plan BillIères.

 Yann FORESTIER (CAREF, UPJV) : Le projet Langevin-Wallon dans les débats publics depuis les années 1960. L'usage ambivalent d'une référence incontournable.



Télécharger le programme




Colloque "Les refus de l'école"

Université de Picardie Jules Verne, Amiens

1 et 2 juin 2017

Décrochage scolaire, absentéisme, homeschooling… : les refus d’école interrogent de façon pressante le monde éducatif contemporain. Le colloque s’intéressera quant à lui à la profondeur historique du phénomène, à la multiplicité de ses formes, de ses justifications et de ses significations dans le temps.

Questionner les refus d’école en historienne ou en historien, c’est d’abord se demander si, et jusqu’où, une telle formulation est fondée en dehors de l’injonction scolaire qui caractérise notre type de société, dans la mesure où c’est sur fond de cette injonction que les conduites de refus ou les contestations diverses de la forme scolaire prennent sens aujourd’hui. En quel sens parler de « refus d’école » avant l’obligation d’instruction ? Voire avant la généralisation d’une scolarité prolongée pour toute une classe d’âge ? De telles interrogations ouvrent vers la possibilité d’études non limitées au moment « moderne » (XIXe-XXe siècles) du projet de scolarisation.
Les travaux du colloque s’organisent autour de trois thématiques, susceptibles d’être étudiées selon des approches locales, nationales ou internationales : le refus de l’ordre scolaire,  le refus de la forme scolaire, les refusés d’école.

 Programme et informations pratiques







On ne nait pas garçon ou fille, on le devient ! Histoire et actualité                              
Journée d'étude - Samedi 23 janvier 2015

Université Paris Descartes, Salle des thèses

Bâtiment Jacob, salle 238, 45 rue ds Saints-Pères, 75006 Paris

Entrée libre mais inscription obligatoire pour le déjeuner avant le 15 janvier 2016
mage.cnrs@shs.parisdescartes.fr
(Attention ! une pièce d'identité sera demandée à l'entrée)

Depuis les années 1980, les travaux sur l’histoire de l’éducation des filles se sont intéressés à l’école comme lieu de fabrication du féminin. Plus récemment, ce questionnement s’est élargi à l’éducation des garçons. Nos trois associations se sont regroupées pour faire le point sur cette actualité de la recherche et analyser la manière dont l’éducation façonne des êtres sexués.

C’est pour réfléchir ensemble à ces questions que l’Association Transdisciplinaire pour les Recherches Historiques sur l’éducation (ATRHE), l’Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre - Mnémosyne et le MAGE (Marché du travail et genre) vous invitent à cette journée.

 

9h15 Accueil - Café

9h30 Mots de bienvenue, Pascale Barthélémy, Mnémosyne et Catherine Dorison, ATRHE

9h45 Morale et civisme à lʼécole : un apprentissage sexué ?

• Sophie Lalanne, Université Paris I – Panthéon Sorbonne : L'invention de l'éducation : valeurs civiques et définition des rôles sexués dans la cité grecque

• Caroline Fayolle, Université de Rennes II : Les catéchismes républicains à l'épreuve du genre (1792-1794)

• Frédéric Mole, Université de Saint-Étienne / Archives Institut JJ Rousseau (Université de Genève) : De la coéducation au pacifisme : une vision sexuée de l'éducation morale ? (années 1900-1920)

10h45 Questions/débat

11H15 Pause

11h30 Les enseignements scolaires et universitaires sous lʼangle du genre.

Table ronde animée par Florence Rochefort, Institut Émilie du Châtelet, avec :

• Louis-Pascal Jacquemond, Mnémosyne : La réforme des programmes dʼhistoire dans le secondaire : blocages et perspectives ?

• Nathalie Lapeyre, MAGE : Actualités et enjeux de l'institutionnalisation des études sur le genre dans l'enseignement supérieur!

• Rebecca Rogers, ATRHE : Mixité et égalité dans lʼenseignement primaire : Perspectives historiques sur les ABCD de lʼégalité

12h30 Questions/débat

 13h Déjeuner (offert mais sur inscription)

14h Assemblées générales des deux associations au 2e étage du bâtiment Jacob :

ATRHE (salle 238), Mnémosyne (salle 202)



Histoire des éducations dans et hors l’école
Université de Corse Pasquale Paoli, Corte
9-11 octobre 2014
Organisé par l’UMR CNRS LISA 6240 (Université de Corse Pasquale Paoli) et l’ATRHE (Association Transdisciplinaire pour les recherches Historiques sur l'Education



ÉDUCATION ET IDENTITÉS : PERSPECTIVES HISTORIQUES
Université de Cergy-Pontoise, Gennevilliers
22-23 mars 2013

Organisé par le laboratoire EMA (Université de Cergy-Pontoise) et lATRHE (Association Transdisciplinaire pour les recherches Historiques sur l'Education

Argumentaire

            Les identités sont multiples. Le terme même est polysémique et peut accepter des qualifications nombreuses et variées : nationales, régionales, sociales, professionnelles, ethniques, religieuses, linguistiques, de genre… Les identités sont construites et ont, de ce fait, une dimension historique.

Ces assertions communément admises posent la question de savoir quels sont les processus de socialisation, de transmission, d’éducation qui ont concouru, de façon complexe et éventuellement contradictoire, à une telle construction. Cette question se pose pour des formes d’éducation différentes, instituées ou non, collectives ou individuelles : familiales, scolaires, privées, professionnelles, populaires, religieuses, traditionnelles…

            Les contributions au colloque s’attacheront aux différents processus et aux différents contextes qui ont donné sens aux contenus et aux modes éducatifs. L’analyse privilégiera la multiplicité des dimensions de l’identité, des époques et des lieux, de même que les modalités variables de la fabrication identitaire. Elle doit ainsi permettre une plus grande intelligibilité des termes dans lesquels se posent aujourd’hui ces questions en rendant impossible toute simplification. Elle doit également mettre en évidence les déplacements sémantiques et les généalogies conceptuelles que cache l’emploi d’un même mot dans des contextes différents, ou, inversement, l’évolution d’un paradigme lexical pour désigner un même concept.

Recommandations 

Les propositions de communication pourront aborder aussi bien l'espace français que l'étranger, en embrassant la période contemporaine (du XIXe au XXIe siècles). Elles présenteront une étude historique sur les réalités éducatives scolaires ou non scolaires et pourront s'intégrer dans les thématiques suivantes:

Thématique 1 : Territoires et identités

On peut songer à la confrontation de l'Ecole républicaine avec les identités régionales, notamment dans les cas de plurilinguisme. Cependant, d'autres espaces pourront être abordés, par exemple la réalité d'une éducation européenne dans les écoles des pays de l'Union. Entre également dans cette thématique la diversité sociale des publics scolaires en fonction de leur habitat.

 

Thématique 2 : Genre et identités

Relèvent de cette thématique les études relatives aux différenciations genrées à l’école (élèves, enseignants…) ou en dehors de l’école (famille, mouvements de jeunesse…), mais aussi, par exemple, la façon dont cette différenciation affecte les processus mêmes d’apprentissage et les savoirs transmis (le sexe des savoirs)

 

Thématique 3 : Professions et identités 

Sera ici abordé le problème des rapports entre éducation et milieux sociaux. Cette thématique renvoie également, par exemple, à l’histoire du syndicalisme et des métiers de l’enseignement et à la question de la construction des mémoires professionnelles…

 

Thématiques 4 : Culture et identités

La polysémie de la notion de culture doit ici être prise en compte. Il peut s’agir d’une histoire des savoirs et des disciplines scolaires, mais aussi d’une histoire des cultures populaires, voire de la place des modes collectifs de croyance (religions, etc.) dans la construction des identités

 

Les propositions seront examinées par un comité scientifique. Elles s’attacheront à préciser le corpus et la période et seront accompagnées de 3 références bibliographiques. Elles auront entre 1500 et 2000 caractères (au maximum) et seront à remettre avant le 15 octobre 2012 à l’adresse suivante :

association.atrhe@gmail.com

Les informations relatives au colloque (conditions d’inscription, programme….) et aux autres activités de l’ATRHE seront consultables sur le site :

Le comité d’organisation est constitué de : Anissa Belhadjin, Marie-France Bishop, Dominique Bret, Philippe Bongrand, Clémence Cardon-Quint, Nathalie Denizot, Catherine Dorison, Emmanuelle Guey, Pierre Kahn, Bruno Poucet, Patricia Legris, Frédéric Mole, Xavier Riondet.

Le comité scientifique est constitué de : Pierre-Philippe Bugnard (université de Fribourg), Jean-François Chanet (IEP Paris), Jean-François Condette (université d’Artois), Daniel Denis (université Paris11 Orsay), Renaud d’Enfert (ENS Lyon), Bruno Garnier (université de Corse Pasquale Paoli), Jacqueline Gautherin (université Lyon2), Laurent Gutierrez (université de Rouen), Rita Hofstetter (université de Genève), France Jutras (université de Sherbrooke), Pierre Kahn (université de Caen Basse-Normandie), Claude Lelièvre (université Paris Descartes), Jean-Noël Luc (université Paris4), Charles Magnin (université de Genève), Youenn Michel (université de Caen Basse-Normandie), Dominique Ottavi (université Paris10 Nanterre), Bruno Poucet (université de Picardie Jules-Verne), André Robert (université Lyon2), Rebecca Rogers (université Paris Descartes), Philippe Savoie (ENS Lyon), Antoine Savoye (université Paris8), Bernard Schneuwly (université de Genève), Yves Verneuil (université de Reims)


Ċ
Catherine Dorison,
20 juil. 2014 à 00:45
ĉ
Catherine Dorison,
3 mai 2017 à 00:36
Ċ
Catherine Dorison,
17 juin 2017 à 01:30