Les membres de l'ATRHE communiquent et publient

Le temps des jolies colonies de vacances
Au cœur de la construction d’un service public, 1944-1960
Julien Fuchs

Comment l’État entend bâtir un service public des colonies de vacances, phénomène social majeur dans la France d’après-1945

Entre 1944 et 1960, les colonies de vacances deviennent en France un phénomène social majeur, concernant des centaines de milliers d’enfants et d’adolescents. Soucieux d’accompagner l’expansion de ces structures nées d’initiatives privées, l’État bâtit à leur encontre une politique spécifique et leur dédie une administration. Autour de la figure d’Étienne Bécart, celle-ci est en charge de règlementer le secteur, d’organiser son subventionnement, de structurer un système d’inspection et d’impulser une orientation pédagogique en s’intéressant notamment à la formation des cadres. Basé sur les archives de la Direction générale de la Jeunesse et des Sports, mais aussi sur des sources audiovisuelles originales, ce livre montre comment un service public des colonies se construit en prenant appui notamment, mais sans exclusivité, sur l’univers laïc, et en confrontant ses intentions généreuses à d’incontournables limites dans cette société française de la IVe République.

Construire la paix par l’éducation : réseaux et mouvements internationaux au XXe siècle Genève au cœur d’une utopie
Rita Hofstetter, Joëlle Droux, Michel Christian (éd.)

Le 2 juin 1913 s’ouvre à Paris le xe Congrès international des femmes qui débouche sur un souhait : « Que les femmes s’initient au pacifisme, suprême affirmation
du droit humain, et qu’elles s’en inspirent dans l’éducation des enfants. » On ne saurait mieux dire le lien étroit qui unit déjà combat pacifiste et enjeux éducatifs à la veille de la Première Guerre mondiale.
Cet ouvrage met préciséme
nt en lumière la façon dont les terrains éducatifs ont été traversés au fil du XXe siècle par une diversité de causes transnationales portées par la conviction que la paix se construit par l’éducation. À l’épicentre de ces réseaux, un lieu qui est bien plus qu’une ville : Genève, modeste cité lémanique qui se transforme à partir de 1919 en une véritable ruche internationaliste avec l’arrivée des premières grandes organisations internationales chargées de bâtir un nouvel ordre mondial.
L’ouvrage montre le rôle conféré à l’éducation afin de favoriser cette solidarité universelle et de faire circuler en Europe et dans le monde ces valeurs pacifistes qui nourrissent l’« esprit de Genève ». Les contributions dévoilent la diversité des acteurs individuels (pédagogues, psychologues, médecins, politiciens) et collectifs (réseaux scientifiques, mouvements associatifs et militants) engagés dans cette dynamique réformiste, et cela bien au-delà de l’entre-deux-guerres. Elles donnent à voir la richesse des initiatives alimentant cet élan pacifiste auprès des jeunes, entre les mains desquels se jouerait le devenir de la démocratie et de l’humanité. Les auteurs examinent aussi les controverses, les tensions et les concurrences qui entourent ces élans internationalistes. En mettant au jour les tribulations et les transformations de ces projets réformistes dans le temps et l’espace, l’ouvrage propose de nouveaux éclairages sur la genèse transnationale des politiques éducatives contemporaines.




Refus et refusés d’école  France, XIXe-XXe siècle

Sous la direction de Julien Cahon et Youenn Michel

Décrochage scolaire, absentéisme, éducation à domicile, école privée hors contrat, de l’éducation séparée à l’inclusion scolaire, les refus d’école interrogent de façon pressante le monde éducatif contemporain.
C’est sur leur histoire longue, complexe, et jusqu’alors méconnue, que ce livre propose de revenir. Dans une logique interdisciplinaire, l’ouvrage montre la multiplicité des formes et des significations des refus d’école, ainsi que l’attitude et les réponses de l’État éducateur face à ces diverses conduites contestataires. Il questionne les résistances à l’ordre scolaire, les refus de la forme de l’école, la mise en place de dispositifs éducatifs alternatifs, ou encore la nature du débat public. Au‑delà des acteurs et chercheurs de l’éducation, ce sujet sensible interpelle la société tout entière, car il questionne les principes fondamentaux de notre système éducatif.

Avec les contributions de : Marie‑Charlotte Allam, Sabria Benzarti, Angélique Blanc‑Serra, Samuel Boussion, Chantal Dhennin‑Lalart, Catherine Dorison, Ismail Ferhat, Yann Forestier, Mathias Gardet, Xavier Pons, Bruno Poucet, Ronan Richard, André D. Robert, Jean‑Yves Seguy, Sylvain Wagnon.



Bien-être scolaire, des clés pour demain
de Fabienne SERINA-KARSKY

Présentation de l'ouvrage :

À l'heure où la France stagne en bas du podium dans les sondages internationaux en matière de bien-être à l'école, où l'Éducation nationale est ébranlée par une floraison d'écoles privées alternatives, quelles sont les clés pour l'école de demain ? En partant des pratiques éducatives élaborées et mises en place dans une école primaire dite « nouvelle » d'aujourd'hui, cet ouvrage propose une relecture approfondie d'un environnement scolaire susceptible de favoriser le bien-être de l'enfant à l'école. Une expérience qui gagnerait à être entendue au moment précis où l'on se préoccupe de bâtir une école de la confiance, et qui pourrait apporter un point de vue éclairant face à ce que certains qualifient déjà d'uberisation de l'école.

Les acteurs de l’Éducation Nouvelle au XXème siècle. Itinéraires et connexions.
ouvrage dirigé par Xavier Riondet, Rita Hofstetter et Henri Louis Go

Présentation de l'éditeur :
Jamais notre système éducatif n’a été autant remis en question que ces dernières années. Alors que la France régresse dans le classement PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), les pédagogies alternatives sont au cœur de l’actualité.
Depuis un siècle, le mouvement de l’Éducation nouvelle, regroupant une pluralité d’acteurs engagés, tente d’envisager d’autres modalités de socialisation et de scolarisation des jeunes générations. Seulement, pour savoir si ces pédagogies peuvent répondre indirectement aux défis de l’actualité, encore faut-il les connaître avec précision.
Cet ouvrage revisite un épisode marquant du monde de la pédagogie pendant l’entre-deux-guerres, par le prisme de son histoire et de ses acteurs. Les trajectoires et itinéraires (de vie, de formation, etc.) de Montessori, Claparède, Decroly, Freinet, Piaget, Makarenko, et d’autres moins célèbres sont ainsi mis en lumière. Ils nous permettent de mieux saisir leur vie, leur pensée, leurs apports, leurs réalisations, et la progression de leurs œuvres qui se sont diffusées sous des formes multiples jusqu’à nous.

Professeurs des écoles au XXIe siècle

Portraits socioprofessionnels
André D. Robert et Françoise Carraud
Cet ouvrage constitue la première synthèse sur la profession de professeur des écoles depuis vingt ans. Fondé sur soixante-dix entretiens originaux qui viennent enrichir les nombreuses observations des auteurs dans une grande diversité de territoires, il aborde en détail la question de l’activité professionnelle au jour le jour et dresse des « portraits socioprofessionnels » des instituteurs d’aujourd’hui. Il constitue une étude scientifique objective, sans complaisance mais avec bienveillance, et traite également les questions syndicales et « politiques » en lien avec l’actualité de ces dernières années – notamment l’épineux problème des rythmes scolaires et celui du poids des prescriptions institutionnelles. Exigeant sur le fond mais accessible à tous, il s’adresse non seulement aux sociologues, aux étudiants en sociologie et en sciences de l’éducation, mais aussi aux professeurs des écoles eux-mêmes, aux étudiants des ESPE se destinant à cette profession, ainsi qu’aux inspecteurs de l’Éducation nationale et formateurs d’ESPE.


Des écoles normales à l'ESPE  Témoignages de formateurs

De Catherine DORISON, Jean-Pierre Chevalier, Anissa Belhadjin, Marie-Laure Elalouf et Maryse Lopez

La qualité du système d’enseignement dépend en partie de l’efficacité de la formation de ses enseignants. Alors, comment former les enseignants ?

En quarante ans, les modalités de la formation initiale et continue des enseignants ont été plusieurs fois modifiées, chaque changement étant censé ouvrir une ère nouvelle. Cet ouvrage revient sur ce passé en donnant la parole à ceux qui ont mis en oeuvre ces réformes successives : les formateurs d’enseignants. Quarante-cinq entretiens ont été réalisés auprès de formateurs ayant exercé dans les écoles normales, à l’IUFM, à l’ESPE de l’académie de Versailles. Ils témoignent de leurs choix pédagogiques, des controverses professionnelles, de l’importance du groupe de pairs. En nous replongeant dans l’histoire récente, ils mettent en lumière les enjeux des évolutions et des choix politiques.

À travers l’exemple de l’académie de Versailles, on comprend ainsi comment se forment une culture professionnelle des formateurs et les conditions d’une circulation des savoirs entre les mondes de la recherche pédagogique, de la formation et de la profession enseignante. Ces témoignages constituent une histoire locale qui a l’ambition d’être un élément d’une histoire globale de la formation des enseignants.


Montessori, l'esprit et la lettre, Bérengère Kolly

Cet ouvrage entend être un complément aux différentes publications qui abordent les « techniques » Montessori et les activités possibles à partir du matériel montessorien. Il revient sur ce qui fait le cœur de la pédagogie et rappelle le sens de la démarche montessorienne. Il s’adresse aux éducateurs montessoriens et à tous les enseignants qui voudraient modifier ou auraient déjà modifié leurs pratiques selon cette pédagogie. À la fois théorique et pratique, il s’appuie sur les principaux textes de Maria Montessori et donne de nombreux exemples et conseils.

Il revient sur la pensée de Maria Montessori et rappelle les grands principes qui fondent sa pédagogie : une pensée de l’enfant comme être spécifique, une remise en question de l’adulte, une affirmation de la nécessité de donner à l’enfant des clés pour qu’il se saisisse au mieux du monde qui l’entoure. Il insiste sur la démarche éthique de l’enseignant et sur la proposition radicale de la « libération » de l’enfant dans la classe.

Il aborde également une dimension peu connue de la démarche  montessorienne : la formation de la société enfantine et la coopération dans la classe.

Il tente enfin également de restituer la pensée montessorienne dans son contexte historique et de souligner ses implications philosophiques.

Le titre est une référence à Claparède, qui indiquait dans les années 1920 que la valeur de la pédagogie montessorienne se mesurait autant à sa « lettre » qu’à son « esprit ». Ce titre rappelle ainsi que les techniques ne suffisent pas à faire une pédagogie : toute pédagogie doit être habitée et incarnée, ici par une démarche particulière de l’adulte, qui reconnaît à l’enfant sa liberté fondamentale et sa puissance particulière à être au monde.



Les sciences de l'éducation - Pour l'ère nouvelle (vol.51, n°2, 2018)

Louis Legrand et la recherche en éducation. Perspectives historiques et philosophiques

Introduction
, Pierre Kahn

Louis Legrand, créateur de la recherche pédagogique à l’Institut pédagogique national, Francine Best

Louis Legrand et la réforme des collèges, Catherine Dorison

Louis Legrand et le positivisme, Alain Kerlan

Louis Legrand et l’éveil, Pierre Kahn

Louis Legrand philosophe et l’éducation nouvelle, Bérengère Kolly

Interview de Louis Legrand par Roger Ueberschlag, 1982




Disciplines scolaires et cultures politiques

Des modèles nationaux en mutation depuis 1945

Jérémie Dubois et Patricia Legris (dir.)

Présentation de l'éditeur : Cet ouvrage envisage l’histoire politique récente des disciplines scolaires à différentes échelles sur plusieurs continents. Il vise à éclairer les rapports entre cultures politiques et transmission scolaire des savoirs, tant aux États-Unis qu’en Europe occidentale, en Chine, en Russie ou dans les territoires ultramarins français. Alors que le rôle des disciplines scolaires dans la construction des États-nations commence à être bien connu, il est intéressant de comprendre comment les rapports entre sociétés, pouvoirs et disciplines scolaires ont évolué depuis 1945 et jusqu’à nos jours, dans des contextes démocratiques ou autoritaires.

Avec le soutien du CERHIC-EA 2616 de l’université de Reims Champagne-Ardenne et du CUIP.

Sur le site de l'éditeur



CARREFOURS DE L'ÉDUCATION N°45 (1/2018)

L’éducation informelle contre la forme scolaire ?

Coordonné par Bruno Garnier

"Le dossier présenté ici est issu du colloque international de l’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE), intitulé « Histoire des éducations dans et hors l’école », qui s’est tenu du 9 au 11 octobre 2014 à l’Université de Corse Pasquale Paoli, porté par l’UMR CNRS 6240 LISA. Née en 2011, à l’initiative d’enseignants et de chercheurs de plusieurs disciplines, l’ATRHE a pour finalité la promotion des études historiques sur l’éducation, et elle s’intéresse particulièrement aux questions vives en éducation, dont l’intelligibilité requiert le recours aux recherches historiques, dans une démarche pluridisciplinaire. Les trois articles sont issus de l’atelier « Nouveaux savoirs, nouvelles méthodes » qu’avait animé Bruno Garnier."


Ċ
Catherine Dorison,
17 févr. 2019 à 10:35
Ċ
Catherine Dorison,
13 mars 2020 à 14:15
Ċ
Catherine Dorison,
17 sept. 2018 à 01:46
Comments